dinsdag 7 februari 2012

G.K. van Hogendorp -- 9 februari 1809


A la fin du mois passé et au commencement de celui-ci les rivières ont débordé Inondations avec plus de violence qu'elles n'ont fait depuis plusieurs siècles,' et depuis Nimègue jusqu'à Dort, depuis Cuilenburg jusqu'à Heusden tout le pays est inondé. Il paraît que le Waal n'a pu contenir les eaux du Rhin, et qu'après avoir rompu ses propres digues il a brisé encore celles de la Lingen. On apprend que l'Yssel a couvert de même toute la Comté de Zutphen et une partie de l'Overyssel. Il a péri beaucoup de monde, de bétail, et les dommages sont inappréciables. Dans quelques districts l'eau s'écoulera d'elle même, dans d'autres il faudra la pomper avec des moulins, et on devra en construire à cet effet. On nous annonce une collecte en faveur des malheureux. Quels fraix nouveaux pour les particuliers et pour l'état! Le roi veut adopter et exécuter un plan général pour la préservation du royaume entier, dont les fraix seront apparemment couverts par un impôt extraordinaire. Il a nommé une commission centrale du Waterstaat, composée des hommes les plus instruits, et a ordonné qu'ils ne se séparassent que lorsqu'ils auront arrêté un plan d'un consentement unanime. Je connoîs cette unanimité forcée, chacun sacrifie un peu de son opinion à l'autre, et l'avis unanime ne serait l'avis d'aucun des membres en particulier. Après de mûres délibérations, il vaut mieux choisir celui qui paraît le plus entendu, et lui abandonner la décision finale. Le roi a montré beaucoup de bonne volonté, il a été par-tout, il s'est établi à Utregt3. Mais je suis curieux d'apprendre si son activité a été utile ou à charge, puisque celle des Grands est souvent de la dernière espèce. Nous sommes visités par les jugemens de Dieu. D'abord l'incendie de Leyde, l'année suivante un ouragan en Zélande, et celle-ci les dévastations des rivières! On a eu toutes les peines du monde à engager les infortunés à quitter leurs demeures, plusieurs ont préféré d'y périr. Un grand nombre y reste encore dans le plus grand péril. Cet attachement opiniâtre a beaucoup étonné le roi. Il pourra se demander s'il est prudent de faire au sein d'une nation qui pense ainsi un changement aussi complet et aussi rapide dans le gouvernement et dans l'état des citoyens que celui qu'il a fait.


* Dagboek G.K. van Hogendorp
* G.K. van Hogendorp (1762-1834)

Geen opmerkingen:

Een reactie plaatsen